Midi-Pyrénées

CERCLES DE SILENCE

                                 

 

Le mouvement des cercles de silence a été lancé en 2007 pour « protester contre l’enfermement systématique des sans-papiers dans les Centres de rétention administrative en France.

 

Le « Cercle de silence » est la forme originale choisie dès le début,  par les initiateurs du mouvement, comme mode de manifestation publique, non violente, calme et silencieuse.

C’est un franciscain Frère Alain Richard qui a été à  l’origine des cercles de silence. Le premier cercle a eu lieu à Toulouse en 2007 sur la place du Capitole. Puis le mouvement s’essaima, et il y en a actuellement 164 et 20 à l’étranger (Suisse, Espagne, Sénégal, Pologne).

Qu’est-ce qu’un Cercle de Silence ?

C’est une manifestation non-violente qui rassemble des personnes qui défendent une cause (souvent indiquée par des panneaux ou des affiches). Il se tient en silence : dans le bruit, le silence au cœur de la ville, demande un engagement profond et total et permet de s’ouvrir à une parole inattendue. On ne sort pas indemne d’une heure de silence. Le cercle est une image de l’absence de division, de la fraternité : entre les Hommes et les Femmes, entre les pays, entre les races, entre les religions et la laïcité ; il apaise toutes les tensions… pour une heure, ou moins.

Quelle est la cause défendue ?

Le cercle de silence a pour objectifs d’avertir que la dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte ; et qu’avec ou sans papiers, l’étranger est une personne. Dans sa charte, il rappelle la peur et l’humiliation que vivent les étrangers chez nous, et que, dans les Centres de Rétention Administrative, la dignité humaine est bafouée, qu’on ne peut approuver des dispositions qui détruisent les couples, les familles et dans certains cas des vies humaines.

Un Cercle de Silence.

Le Cercle, figure géométrique, dit l’équilibre, la régularité, et symbolise, en la circonstance, la terre sur laquelle chacun doit avoir sa place, en totale égalité. Le cercle souligne l’unité du rassemblement, et porte à la réflexion tant ceux qui le constituent que les passants intrigués ou interpellés par une telle attitude.

Chacun est un des points, particulier et indispensable, du cercle. Chacun est à égale distance du centre, matérialisé par une lanterne allumée – tel un appel à rester éveillé -.

Chaque participant a sa place et son rôle pour construire et faire vivre ce cercle. Il est ainsi responsable de la figure donnée à voir, et doit s’ajuster aux autres, à l’ensemble et ainsi offrir la possibilité d’accueillir de nouveaux membres.

La manifestation n’est pas statique, mais en mouvement permanent par sa taille en fonction du nombre de participants.

Que le cercle soit bien identifié, sans espace vide ni « trous ».

S’il est traversé par quelqu’un, que nul ne s’y oppose. Pour l’éviter, il suffit de rester proche, attentif et solidaire de son voisin ou de sa voisine.

Cercle… non seulement « en silence », mais « de silence » !

– Plus que les participants en silence, c’est le Cercle lui-même qui « crie » le message par son silence. D’où une exigence : garder le silence complet dans le cercle. Difficile parfois.-

– Pour tout échange, (salutation, explication…) il est demandé de sortir du Cercle (et d’y revenir ensuite !), montrant ainsi que le Cercle est un lieu particulier, de grande gravité, où aucune parole, qui romprait le silence, ne peut être échangée.

– Le travail sur la figure géométrique du cercle et sur l’absence de bruit ou conversation entraine un effort permanent sur soi de chaque participant appelé à puiser en lui les motifs de sa démarche non violente, de son acte militant.

– De cet effort dépend l’ambiance et la qualité du « Cercle de silence », de même que l’impact auprès de la population et des positions ainsi défendues en faveur des conditions de vie des migrants, sans parole. Ont-ils leur place dans le cercle de l’humanité ?

Où rejoindre un cercle ?

CERCLES DE SILENCE – RÉGION SUD-OUEST

– Toulouse : Cercles de silence chaque dernier mardi du mois Place du Capitole à l’initiative des frères franciscains. De 18h30 à 19h30

– Pau : Cercles de silence tous les derniers mardis du mois de 18 à19h place Clemenceau, à l’initiative de la fraternité franciscaine et le soutien de ACAT,CCFD,CIMADE Pau, Église Réformée de Pau,Maison des femmes du Hédas ,pastorale des migrants

– Bayonne : Chaque premier vendredi du mois de 18 à 19h, place de la Liberté – Mairie

– Rodez : Les cercles de silence ont lieu le dernier mardi du mois devant la préfecture soit les 29 avril, 27 mai, 24 juin, 29 juillet, 26 août

– Bordeaux : Cercles de silence chaque dernier mardi du mois place Pey-Berland à 18h30

– Villeneuve-Sur-Lot : Cercle de silence le mercredi 10 décembre 2008 au rond point de la porte d’Agen à 18h30

– Agen : Cercles de silence le 21 novembre 2008 et le 19 décembre 2008 place Wilson à 18h30

– Tarbes : Cercles de Silence tous les derniers mardi du mois de 17h30 à 18h30 devant la Mairie

Paris-Nanterre-Evry

– Paris Conseil d’Etat    :  3ème vendredi du mois de 18h30 à 19h30 Place du Palais-Royal voir le site du cercle de Paris

– Antony    :     2ème samedi du mois de 11h à 12h sur la Place René Cassin, dalle du RER

– La Défense    :  3ème jeudi du mois de 12h15 à 13h15 entre les Quatre-Temps et l’église ND de Pentecôte

– Brétigny-sur-Orge     :   1er vendredi du mois de 18h à 19h sur la Place de la Gare

– Etampes     :    dernier samedi du mois de 11h à 12h sur la Place des Droits de l’Homme

– Palaiseau     :    3ème samedi du mois de 11h à 12h sur la Place des Victoires

Créteil-Saint-Denis-Meaux

– Saint-Denis     :   2ème vendredi du mois de 18h30 à 19h30 sur la Place Jean Jaurès, devant la Mairie

– Chelles     :    1er jeudi du mois de 18h à 19h sur la Place Gasnier Guy, devant la gare RER

– Meaux     :    1er mercredi du mois de 17h30 à 18h30 sur la Place Henri IV

 Chartres –  Pontoise –Versailles

-Versailles : tous les 2èmes jeudis de chaque mois, à l’angle des avenues de Saint-Cloud et de l’Europe. Lettre n°95 juillet-aout 2018. Voir le site Internet du cercle de Versailles.

-Mantes la Jolie :  tous les 4èmes samedis du mois de 11h à 12h sur la Place Saint-Maclou

– Cergy-Pontoise     :   tous les 3èmes vendredi du mois de 18h à 19h sur la Place du Gl de Gaulle, au-dessus de la gare Cergy-Préfecture.

Bretagne

– Rennes : 1er mercredi du mois, à 18h, sur la place de la République voir le site du cercle de Rennes   voir le site du cercle de Rennes

– St Malo : 1 er mardi du mois, de 17h30 à 18h30, porte Saint Vincent

Pays de Loire

– Nantes :  voir le site du cercle de Nantes

Rhône-Alpes

-Lyon : voir le site du cercle de Lyon

Languedoc Roussillon

Perpignan :  1er jeudi du mois de 18h à 19h Place de Catalogne

 

Voir l’implantation des cercles de silence en France

 

 

 

 

Rencontre des conseils régionaux Aquitaine – Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées

Rencontre des délégués des conseils régionaux de 3 Régions pour organiser une formation initiale commune appelée  La «formation initiale * » à Lourdes 

Les régions Midi Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Aquitaine ont décidé d’organiser conjointement une formation commune permettant de répondre aux exigences de nos Constitutions. A partir de l’expérience réalisée en Aquitaine, cette formation permettra aux frères et sœurs de trois régions d’accéder à une formation initiale franciscaine lorsqu’il est difficile, voire impossible, pour certaines Fraternités locales de mettre en œuvre une « formation initiale* ».

    

*Cette formation est dite « initiale » selon les termes de l’article 40 des Constitutions de l’OFS

10 ans des Cercles de silence

Les cercles de silence fêtent leur 10 ème année d’existence

Le mouvement des cercles de silence a été lancé en 2007 pour « protester contre l’enfermement systématique des sans-papiers dans les centres de rétention administrative en France ».

Les participants se retrouvent (en général un soir par mois) pour observer une heure de protestation silencieuse, disposés en cercle sur une place publique. Le mouvement revendique 180 cercles et plus de 10 000 participants.

Ce mouvement a été lancé par les frères franciscains de Toulouse en 2007, à l’initiative de l’un des leurs, Alain Richard. Il s’est étendu à plusieurs villes et a été relayé par plusieurs associations telles que la Cimade ou Réseau éducation sans frontières. Les cercles de silence se décrivent comme regroupant « tous les courants de pensée et ouverts à tous ».

L’initiateur des cercles du silence inscrit son initiative dans le cadre du mouvement de la non-violence dans lequel il s’est impliqué depuis de nombreuses années. Formé auprès de Lanza del Vasto, il revendique comme sources d’inspiration pour son action l’Évangile, Gandhi et Saint François d’Assise. En 2010, il présente sa démarche et son inscription dans une vie de combat contre la violence dans un livre d’entretien avec le journaliste Christophe Henning.

La démarche vise simultanément à protester contre « l’enfermement de personnes pour le seul fait d’être entrées en France pour vivre mieux ou pour sauver leur vie » et également à dénoncer les conditions de détention elles-mêmes

Article Wikipédia, extrait

Ecouter le témoignage de Philippe Levasseur sur Radio présence département du Lot dans le journal du 27 février 2018.