Actualités locales

CERCLES DE SILENCE

                                 

 

Le mouvement des cercles de silence a été lancé en 2007 pour « protester contre l’enfermement systématique des sans-papiers dans les Centres de rétention administrative en France.

 

Le « Cercle de silence » est la forme originale choisie dès le début,  par les initiateurs du mouvement, comme mode de manifestation publique, non violente, calme et silencieuse.

C’est un franciscain Frère Alain Richard qui a été à  l’origine des cercles de silence. Le premier cercle a eu lieu à Toulouse en 2007 sur la place du Capitole. Puis le mouvement s’essaima, et il y en a actuellement 164 et 20 à l’étranger (Suisse, Espagne, Sénégal, Pologne).

Qu’est-ce qu’un Cercle de Silence ?

C’est une manifestation non-violente qui rassemble des personnes qui défendent une cause (souvent indiquée par des panneaux ou des affiches). Il se tient en silence : dans le bruit, le silence au cœur de la ville, demande un engagement profond et total et permet de s’ouvrir à une parole inattendue. On ne sort pas indemne d’une heure de silence. Le cercle est une image de l’absence de division, de la fraternité : entre les Hommes et les Femmes, entre les pays, entre les races, entre les religions et la laïcité ; il apaise toutes les tensions… pour une heure, ou moins.

Quelle est la cause défendue ?

Le cercle de silence a pour objectifs d’avertir que la dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte ; et qu’avec ou sans papiers, l’étranger est une personne. Dans sa charte, il rappelle la peur et l’humiliation que vivent les étrangers chez nous, et que, dans les Centres de Rétention Administrative, la dignité humaine est bafouée, qu’on ne peut approuver des dispositions qui détruisent les couples, les familles et dans certains cas des vies humaines.

Un Cercle de Silence.

Le Cercle, figure géométrique, dit l’équilibre, la régularité, et symbolise, en la circonstance, la terre sur laquelle chacun doit avoir sa place, en totale égalité. Le cercle souligne l’unité du rassemblement, et porte à la réflexion tant ceux qui le constituent que les passants intrigués ou interpellés par une telle attitude.

Chacun est un des points, particulier et indispensable, du cercle. Chacun est à égale distance du centre, matérialisé par une lanterne allumée – tel un appel à rester éveillé -.

Chaque participant a sa place et son rôle pour construire et faire vivre ce cercle. Il est ainsi responsable de la figure donnée à voir, et doit s’ajuster aux autres, à l’ensemble et ainsi offrir la possibilité d’accueillir de nouveaux membres.

La manifestation n’est pas statique, mais en mouvement permanent par sa taille en fonction du nombre de participants.

Que le cercle soit bien identifié, sans espace vide ni « trous ».

S’il est traversé par quelqu’un, que nul ne s’y oppose. Pour l’éviter, il suffit de rester proche, attentif et solidaire de son voisin ou de sa voisine.

Cercle… non seulement « en silence », mais « de silence » !

– Plus que les participants en silence, c’est le Cercle lui-même qui « crie » le message par son silence. D’où une exigence : garder le silence complet dans le cercle. Difficile parfois.-

– Pour tout échange, (salutation, explication…) il est demandé de sortir du Cercle (et d’y revenir ensuite !), montrant ainsi que le Cercle est un lieu particulier, de grande gravité, où aucune parole, qui romprait le silence, ne peut être échangée.

– Le travail sur la figure géométrique du cercle et sur l’absence de bruit ou conversation entraine un effort permanent sur soi de chaque participant appelé à puiser en lui les motifs de sa démarche non violente, de son acte militant.

– De cet effort dépend l’ambiance et la qualité du « Cercle de silence », de même que l’impact auprès de la population et des positions ainsi défendues en faveur des conditions de vie des migrants, sans parole. Ont-ils leur place dans le cercle de l’humanité ?

Où rejoindre un cercle ?

CERCLES DE SILENCE – RÉGION SUD-OUEST

– Toulouse : Cercles de silence chaque dernier mardi du mois Place du Capitole à l’initiative des frères franciscains. De 18h30 à 19h30

– Pau : Cercles de silence tous les derniers mardis du mois de 18 à19h place Clemenceau, à l’initiative de la fraternité franciscaine et le soutien de ACAT,CCFD,CIMADE Pau, Église Réformée de Pau,Maison des femmes du Hédas ,pastorale des migrants

– Bayonne : Chaque premier vendredi du mois de 18 à 19h, place de la Liberté – Mairie

– Rodez : Les cercles de silence ont lieu le dernier mardi du mois devant la préfecture soit les 29 avril, 27 mai, 24 juin, 29 juillet, 26 août

– Bordeaux : Cercles de silence chaque dernier mardi du mois place Pey-Berland à 18h30

– Villeneuve-Sur-Lot : Cercle de silence le mercredi 10 décembre 2008 au rond point de la porte d’Agen à 18h30

– Agen : Cercles de silence le 21 novembre 2008 et le 19 décembre 2008 place Wilson à 18h30

– Tarbes : Cercles de Silence tous les derniers mardi du mois de 17h30 à 18h30 devant la Mairie

Paris-Nanterre-Evry

– Paris Conseil d’Etat    :  3ème vendredi du mois de 18h30 à 19h30 Place du Palais-Royal voir le site du cercle de Paris

– Antony    :     2ème samedi du mois de 11h à 12h sur la Place René Cassin, dalle du RER

– La Défense    :  3ème jeudi du mois de 12h15 à 13h15 entre les Quatre-Temps et l’église ND de Pentecôte

– Brétigny-sur-Orge     :   1er vendredi du mois de 18h à 19h sur la Place de la Gare

– Etampes     :    dernier samedi du mois de 11h à 12h sur la Place des Droits de l’Homme

– Palaiseau     :    3ème samedi du mois de 11h à 12h sur la Place des Victoires

Créteil-Saint-Denis-Meaux

– Saint-Denis     :   2ème vendredi du mois de 18h30 à 19h30 sur la Place Jean Jaurès, devant la Mairie

– Chelles     :    1er jeudi du mois de 18h à 19h sur la Place Gasnier Guy, devant la gare RER

– Meaux     :    1er mercredi du mois de 17h30 à 18h30 sur la Place Henri IV

 Chartres –  Pontoise –Versailles

-Versailles : tous les 2èmes jeudis de chaque mois, à l’angle des avenues de Saint-Cloud et de l’Europe. Lettre n°95 juillet-aout 2018. Voir le site Internet du cercle de Versailles.

-Mantes la Jolie :  tous les 4èmes samedis du mois de 11h à 12h sur la Place Saint-Maclou

– Cergy-Pontoise     :   tous les 3èmes vendredi du mois de 18h à 19h sur la Place du Gl de Gaulle, au-dessus de la gare Cergy-Préfecture.

Bretagne

– Rennes : 1er mercredi du mois, à 18h, sur la place de la République voir le site du cercle de Rennes   voir le site du cercle de Rennes

– St Malo : 1 er mardi du mois, de 17h30 à 18h30, porte Saint Vincent

Pays de Loire

– Nantes :  voir le site du cercle de Nantes

Rhône-Alpes

-Lyon : voir le site du cercle de Lyon

Languedoc Roussillon

Perpignan :  1er jeudi du mois de 18h à 19h Place de Catalogne

 

Voir l’implantation des cercles de silence en France

 

 

 

 

3 ème Congrès International OFS – Jefra

Le troisième congrès international OFS -JEFRA s’est déroulé en Lituanie du 20 au 26 août 2018 à Kaunas, Vilnius et d’autres endroits de ce pays.

Ce fut un congrès itinérant et une belle et inspirante expérience  avec des rencontres entre 130 représentants venus de 24 pays d’Europe et des frères et sœurs locaux. L’eucharistie d’ouverture a eu lieu à la cathédrale de Kaunas et fut présidé par Mgr Lionginas Virbalas, SJ.

Frère Alfred Parambakathu, ofm conv, assistant général a présenté d’une manière simple et profonde le sujet du congrès autour  des mots de Jésus ” Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de lui” Jn 7.38 et a essayé de répondre à la question de ce que cela signifie pour nous Franciscains, dans le monde d’aujourd’hui.

La participation à ce congrès a représenté pour nous la réponse à un appel à la fois à un niveau personnel et comme communauté. Nous avons reçu l’invitation à revenir à l’amour premier, à l’essence du charisme de saint François. Nous ressentons la nécessité d’approfondir notre vocation franciscaine et de vérifier notre identité comme membres de l’OFS et de la JEFRA en la vivant d’une manière profonde et authentique. Ainsi nous nous éloignerons de la tentation de l’activisme vide, c’est à dire agir sans l’Esprit Saint et sans attention constante et profonde à notre relation avec Jésus, comme nous l’ont rappelé les frères Bluzas à Silvua une de nos destinations.

La visite à la colline des Croix a été un nouveau témoignage de la Croix et de la foi. Notre espérance la plus forte est que la croix de la Famille franciscaine d’Europe qui a été installée, et bénie dans ce lieu unique, représente les forces conjointes et l’endurance du charisme de l’Ofs, de la Jefra et de tous les membres de la famille franciscaine.

Nous regagnerons notre dimension spirituelle en choisissant la vie évangélique, et nous regagnerons le vrai sens d’êtres humains, comme frères et sœurs de toute créature, ce qui nous conduit à notre impact social concret.

Lire le message final congres OFS – JEFRA 2018

 

 

L’icône de Marie, “Regina Familiae Franciscanae” a accompagné le congrès du début à la fin. Elle continuera son périple à travers les fraternités OFS et Jfra d’Europe. Son habitude de dire oui et d’être engagée est notre source d’inspiration. Qu’elle soit avec nous et nous

 

 

 

 

 

 

Regardez les vidéos des 3 premiers jours de cette rencontre.

 

Regardez aussi d’autres vidéos sur Youtube  et sur la page Facebook du Congrès

Ecole Franciscaine de Paris : Programme 2018-2019

 

Le Séminaire s’adresse à toute personne intéressée par l’histoire de la Famille Franciscaine.

Les séances du séminaire se tiendront de :

15h à 18h à la salle Saint François, couvent Notre-Dame-de-Paix des frères Capucins,

32 rue Boissonade, 75014 Paris (métro 4 – Raspail; RER B – Port Royal).

Rencontre régionale Champagne-Ardennes

Les  frati champenois et ardennais , ont décidé , pour leur rencontre régionale de fin d’année, d’aller faire un tour du côté de l’ Aube..
Nous nous sommes  retrouvés  à Piney , près de Troyes , le 10 Juin …

On a donc pu participer à la messe du village.

Puis partagé notre repas avec ce que chacun avait apporté

Et nous avons évidemment travaillé !!!!!

Nous avions pris comme thème , pour être fidèles à ce que demande le Conseil national : un retour à notre identité franciscaine … : Nos cartes d’identité justement !…

1°) –  Une grande carte d’identité par frat , accrochée sur le mur  avec :

Nom de la frat : Ste Elisabeth de Hongrie ( Troyes )

Solenza ( Rethel dans les Ardennes )

Greccio , Théofrat et Speranza pour Reims

Lieu de rencontre de chaque frat .

 2°) Chacun de nous ensuite a été invité à coller sur cette grande carte une petite carte d’identité qu’il a complètée avec la réponse à deux questions : – Pourquoi suis-je rentré (e) en frat ?

-Pourquoi y suis je resté (e)…

En outre, cela nous a permis de mieux nous situer les uns et les autres car notre région est grande  (en surface ! ), quoique petite en nombre !..et on ne se connaît pas forcément tous .. Donc , maintenant , ça va mieux !!!

Puis , le lieu nous offrant un oratoire , nous avons pu prier ensemble avant de nous séparer ..

Merci à Marie France qui avait préparé nos cartes d’identité
Merci à Daniel qui a animé ce dernier temps de prière

Merci à Yves et Séverine qui avaient prévu tous les lieux..

Merci à tous d’avoir «  fraternisé «  , d’avoir « partagé «  .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA