christineecault

A quoi ça sert de vivre ?

 A quoi ça sert de vivre ?

La vie dont nous sommes témoins, aujourd’hui, peut nous inspirer cette question. Partagés que nous sommes entre des situations dramatiques personnelles ou collectives, et des faits exceptionnels, sources d’émerveillement, nous pouvons nous poser la même question : « à quoi, cela sert de vivre ? »  [Read more…] about A quoi ça sert de vivre ?

Fête de la St François à Lille

Le 7 octobre 2018 s’est déroulée la journée de St François au grand Séminaire de Lille.. une ambiance toute franciscaine : joie et paix.

Racontée en images.

           

Journée mondiale des Réfugiés

 Nos valeurs sont menacées : demandons une Europe accueillante !

Les gouvernements européens n’arrivent pas à faire face aux enjeux posés par les migrations. Des citoyens et citoyennes européens de tous horizons se sont mobilisés pour apporter leur soutien aux personnes migrantes.
Une toute première Initiative Citoyenne Européenne (ICE) se met en place : ICE pour une #EuropeAccueillante! Grâce à cette pétition, exigeons que la Commission et le Parlement européens répondent à nos demandes. Demandez à la Commission Européenne de:
  • Mettre fin au délit de solidarité
  • Soutenir les citoyens et citoyennes qui offrent un foyer et une vie nouvelle à des personnes réfugiés
  • Garantir des moyens et des règles plus efficaces pour défendre toutes les victimes de l’exploitation et de la criminalité
Pour signer cette initiative citoyenne, suivez le lien

Actualité de la règle de Saint François – Par le journal La Croix

 Le journal « La Croix » revient sur ces textes anciens qui ordonnent le quotidien de milliers de religieux, inspirant aussi de nombreux laïcs.

Pour voir l’article complet de Jacques Tyrol : La-croix.com

ou bien télécharger l’article au format PDF  : LaCroix-2017-11-18-La règle de saint François

 

Quelles sont les spécificités de la règle de Saint François ?

François n’a nullement eu l’intention de fonder un ordre religieux. « Il voulait juste réunir autour de lui des frères pour annoncer l’Évangile. Or, en Europe, la plupart des mouvements évangéliques semblables à ce qu’il voulait vivre (Vaudois, etc.) avaient été condamnés par le pape Lucius III », explique frère Luc Mathieu, ancien provincial des franciscains de la Province de Paris. « Le pape Innocent III, lui, a voulu réconcilier ces mouvements avec l’Église. François a donc profité de ce contexte pour aller lui présenter son projet de vie. Mais le pape lui a demandé de revenir le voir quand ils seraient plus nombreux autour de lui. »

En 1209, les frères sont 12. En 1217, ils sont… 5 000. Pour éviter des conflits de personnes et tenir compte des exigences canoniques de l’Église, François se résout à leur donner une règle de vie promulguée en 1221. Mais cette règle, « texte admirable, spirituel » selon frère Luc, aujourd’hui appelée Regula prima, ne peut être approuvée par Rome car elle n’est pas assez juridique. En 1223, François se retire donc à Fonte Colombo pour reprendre la rédaction. La règle est approuvée par la bulle Solet annuere du pape Honorius III. Elle est en conséquence nommée Regula bullata. Ce texte du Moyen Âge est toujours en vigueur, après avoir connu plusieurs actualisations.

Règle juridique, « elle reste cependant très évangélique », selon frère Luc : « La nouveauté est son insistance sur la fraternité et la pauvreté afin de rencontrer quiconque comme un frère, quelles que soient ses origines sociales, sa religion, etc. » Ce qui se traduit par un rapport à l’argent radical. Dans le quatrième chapitre intitulé « Que les frères ne reçoivent point d’argent », François défend « rigoureusement à tous les frères de recevoir, en quelque manière que ce soit, des deniers ou de l’argent, soit par eux-mêmes, soit par personne interposée » : « Cependant pour ce qui concerne les besoins impérieux des malades et les vêtements des autres frères, que les ministres seulement et les custodes en prennent grand soin, (…) ceci toujours excepté, comme il a été dit, qu’ils ne reçoivent ni deniers ni argent. »

Et deux chapitres plus loin, il insiste avec force : « Que les frères ne s’approprient rien, ni maison, ni lieu, ni quoi que ce soit. Et comme des pèlerins et des étrangers en ce monde, servant le Seigneur dans la pauvreté et l’humilité, qu’ils aillent avec confiance demander l’aumône ; et il ne faut pas qu’ils en aient honte, car le Seigneur s’est fait pauvre pour nous en ce monde. »

Qui s’inspire de cette règle aujourd’hui ?

Plusieurs dizaines de milliers de personnes, membres de la famille franciscaine, vivent aujourd’hui de la règle de saint François. D’abord les frères du premier ordre franciscain divisé actuellement en trois branches : frères mineurs franciscains, franciscains conventuels et capucins. Soit environ 28 000 personnes dans le monde dont environ 350 en France.

Le deuxième ordre franciscain, né avec sainte Claire d’Assise (1193-1253), connu sous le nom de clarisses, compte plus de 10 000 personnes dans le monde dont 500 en France.

Quant au troisième, il réunit les nombreux laïcs, hommes et femmes, qui suivent une règle inspirée par la spiritualité de François. Cette dernière a été recomposée sous Paul VI pour tenir compte de l’enseignement de Vatican II sur le statut des laïcs dans l’Église.

En quoi est-elle actuelle ?

La vie et l’expérience spirituelle de saint François, codifiées dans la règle de 1223, ont beaucoup inspiré l’Église catholique, notamment et peut-être surtout au sujet de la fraternité. « C’est cet aspect-là qui est le plus actuel à mon sens, relève frère Mathieu. Parce que nous sommes dans un monde divisé, violent, de domination des uns par les autres. Nous avons là une règle de paix dans laquelle tout le monde est considéré comme un frère. »

Premier pape à adopter le prénom de François, Jorge Bergoglio s’inspire de l’humble vie fraternelle et de l’esprit de pauvreté du Poverello d’Assise, notamment pour appeler à simplifier les relations entre les chrétiens, mais aussi à humaniser les structures sociales par un retour à l’esprit de l’Évangile. Dans l’introduction à son encyclique Laudato si’(n. 9), il écrit : « J’ai pris son nom (François) comme guide et inspiration au moment de mon élection en tant qu’évêque de Rome. Je crois que François est l’exemple par excellence de la protection de ce qui est faible et d’une écologie intégrale, vécue avec joie et authenticité. (…) En lui, on voit à quel point sont inséparables la préoccupation pour la nature, la justice envers les pauvres, l’engagement pour la société et la paix intérieure. »