Les Derniers articles

Voir Plus

Faire un don aux Petites Soeurs des Pauvres

On ne s’attendait pas à cela ! C’est Noël

« On ne s’attendait pas à cela ! »

Notre goût pour la facilité de la répétition nous amène  à formater les fêtes de fin d’année. La fête de Noël, plus particulièrement, est devenue une routine dominée par l’accessoire au détriment de l’essentiel : les lumières, les cadeaux, les invités du jour ou les dévotions… Par habitude, par lassitude ou par goût du pouvoir, nous oublions  facilement le sens profond de la vie. Mais cette année, ce n’est pas comme d’habitude. Une divine surprise nous incite à regarder le monde en face, même si cela dérange. Et cela devrait être ainsi plus souvent.

C’est le souci administratif de légiférer sur la « fessée » qui nous renvoie à l’essentiel. Cela est nouveau : l’enfant, fragile, souvent à la marge, sans pouvoir, au milieu du monde adulte, nous invite à le regarder à hauteur d’adulte, autrement. L’enfant fait partie des humains, il a les mêmes attentes, les mêmes besoins de reconnaissance, sans avoir apparemment la parole. Lequel d’entre nous, se penchant sur un berceau, considère l’enfant comme unique dans l’espèce humaine, en attente d’être « chargé d’amour » en attente d’une pleine reconnaissance ? Pourtant oui, il y a en lui une graine d’éternité, un désir de mettre au monde une trace de divin ! C’est aussi le désir de notre Dieu créateur, en quête de visage humain. Et ceci est une Bonne Nouvelle. Nous n’aurons jamais fini de découvrir et de reconnaître cette nature commune entre Dieu et nous, entre Dieu et l’enfant. Et c’est à partir de cette réalité que devrait se construire le monde pour qu’il soit plus humain. Ce n’est pas seulement le refus de la violence faite à l’enfant qui justifie une loi sur les relations parents-enfant mais c’est cet ADN, cette « divine surprise » de la vie qui nous met à égalité dans notre rapport à Dieu.

Cette vision spirituelle de la vie humaine est bouleversante. Elle n’est pas spontanée mais renvoie à une conception de la création qui exclut la domination ou le mépris de l’enfant, et qui, au contraire, invite  au respect. La crèche de Noël est le socle fondateur de notre mode de vie : Sans frontière entre l’adulte et l’enfant, sans frontière non plus entre les êtres humains et Dieu. Cette vision de la vie est partagée par bon nombre de personnes, qu’elles soient ou non marquées par l’expérience chrétienne. La tendresse et la fragilité qui favorisent notre joie sont indispensables pour rejoindre Dieu dans son mystère. Là est l’élément la plus concret de notre humanité et  de  notre avenir. Autour de l’enfant se construit le chemin de l’humanité. Voilà la divine surprise que nous pouvons accueillir tout au long de l’année. C’est  Noël !

Fr. Thierry   Noël 2018