Les Derniers articles

Voir Plus

Faire un don aux Petites Soeurs des Pauvres

Message de Noël de Tibor Kauser, ministre général

Chers frères et sœurs du monde entier,

Que le Seigneur vous donne sa paix!

Luminosité et musicalité – deux des caractéristiques de la « grammaire de Noël », comme cela a été noté dans la lettre de Noël de la Conférence de la Famille franciscaine. Cette lettre est un message que nous, ministres généraux franciscains, voulons partager avec vous cette année. C’était un travail commun, un travail joyeux, une véritable expérience d’appartenance à la même famille spirituelle, une expérience que nous sommes « tous frères ». C’est pourquoi je voudrais tout d’abord attirer votre attention sur cette lettre de Noël, comme message commun de toute la Famille franciscaine, et vous verrez qu’il n’y a pas grand-chose à ajouter. Il met le message dans l’imagerie de la musique. Il ne faut pas oublier, cependant, l’autre caractéristique de Noël, la lumière.

J’aimerais vous envoyer ce court message en vous invitant cette fois-ci à avoir un regard différent sur la lumière de Noël.
La lumière de Noël est bien loin de la lumière ambiante que nous en avons faite. Elle est invisible dans la ville illuminée, pleine de paillettes et de marchandises. Elle ne brillait pas dans une maison chaude et bien chauffée, mais dehors, dans la nuit froide et hostile, dans une obscurité totale, resplendissante pour ceux qui « arrivent de l’Orient » (cf. Mt 2, 1) ou « vivent dans les champs » (Luc 2-8)

La lumière de Noël est une messagère. Elle peut être une splendeur glorieuse autour de quelqu’un, qui peut à peine être identifié, mais est en quelque sorte là pour apporter le message de Dieu à ces pauvres bergers, qui sont prêts à partir. « L’ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux » (Luc 2-9)
La lumière de Noël : « Ta parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route. » (Ps 118 – 105) . Oui, il peut s’agir d’une étoile pâle et vacillante, presqu’invisible parmi les autres, mais qui brille pour ceux qui savent à quel point elle est significative et importante, et leur montre le chemin. « L’étoile qu’ils avaient vue à son lever les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne et s’arrête au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. » (Mt. 2.9) Le Christ est la seule lumière qui peut nous conduire au salut, ne la perdons donc pas de vue. Si nous le faisons ainsi, nous ne manquerons pas notre chemin vers Bethléem, et nous verrons l’Enfant.

La lumière de Noël est une inspiration. Elle a poussé les mages et les bergers à aller ensuite à Bethléem pour voir ce qui s’est passé. « Allons jusqu’à Bethléem pour voir ce qui est arrivé, l’événement que le Seigneur nous a fait connaître. » (Lc 2, 15). Nous aussi, réjouissons-nous de voir l’étoile (Mt. 2.10), et soyons inspirés pour nous rapprocher de ceux qui doivent vivre cette nuit froide et hostile, soit dans leur corps, soit dans leur âme. Au cours de cette période très spéciale, et parfois très difficile, surtout pendant les jours de la fête de Noël, n’oublions pas ceux qui sont encore plus en difficulté. Même si nous devons fermer nos portes, nous ne fermerons pas nos cœurs. Découvrons ensemble la lumière de Noël, en lui donnant le don d’un message, d’un appel téléphonique, d’un petit cadeau ou d’un signe de solidarité. Cela peut faire faire l’expérience de l’amour de Dieu, de la parole de Dieu, qui est venu à nous en ce jour même.

La lumière de Noël est la seule vraie lumière. Quand nous l’avons allumée, qu’elle nous donne le plus grand don de Noël, la certitude que le Christ est avec nous et que nous l’avons trouvé.

Je vous souhaite à tous un Noël béni et saint, illuminé par le Christ, qui est la seule et unique lumière !
Votre frère mineur


Tibor Kauser
Ministre général CIOFS