Actualités

Lettre des Ministres Généraux

Lettre circulaire de la Conférence des Ministres Généraux du Premier Ordre Franciscain et du Tiers Ordre Régulier à tous les frères,
aux frères et sœurs de l’Ordre Franciscain Séculier (OFS) et de la Jeunesse Franciscaine (GiFra) à l’occasion du 40° anniversaire de la promulgation de la Règle OFS

40 ème anniversaire de la Règle lettre des ministres généraux de l’OFS

Chères sœurs, chers frères, le Seigneur vous donne sa Paix !

1. Quarante ans : un temps symbolique.

Le 24 juin 1978, le Saint-Siège, à travers la lettre apostolique Seraphicus Patriarca, approuvait le Règle rénovée de l’Ordre Franciscain Séculier. C’est le Pape Paul VI, récemment canonisé, qui dans sa jeunesse était postulant tertiaire franciscain, qui a fait ce don à la Famille Franciscaine, quelques semaines avant sa mort. Quarante années se sont écoulées depuis cette promulgation et cet anniversaire nous semble une bonne occasion pour vous adresser à vous tous cette lettre commémorative. Dans la Bible, le numéro quarante, nous le savons, est chargé d’une symbolique significative : quarante ans sont principalement les années d’une génération et semblent désigner le temps des décisions mûres. Il nous semble donc que c’est une occasion propice pour rendre grâce au Seigneur pour tout ce que les soeurs et les frères de l’OFS vivent déjà et pour donner un nouvel élan à cette réalité si précieuse pour l’entière famille franciscaine.

[Read more…] about Lettre des Ministres Généraux

BONNE ANNÉE 2019

 

 

Avec François d’Assise, aventurons-nous sur la rive de l’autre;

comme lui abattons la muraille de l’incompréhension,

de façon pacifique, spirituelle et fraternelle,

dans un esprit de pauvreté,

seule condition de la rencontre.

 

 

 

Le conseil national de la Fraternité Franciscaine Séculière vous adresse ses meilleurs vœux pour 2019

Chantal Auvray, Claire Dechenaux, Christine Ecault, Laure Girardeau, Marie Roger, Bernard Mérigoux, Roland Wetzel

les Assistants spirituels : Frère Dominique Lebon, Frère José Kohler.

 

message de Noël de Tibor Kauser ministre international de l’OFS

Rome 24 décembre 2018

Mes chers frères et sieurs en Saint François !

Que le Seigneur vous donne sa paix !

“Le jour de l’allégresse approcha, le temps de l’exultation advint”

Oui le jour de l’allégresse s’est approché, et le temps de se réjouir et de rendre grâce est advenu. Dieu est venu parmi nous, Dieu a dit “oui à l’homme. Ce “oui” est advenu presque inconnu, d’une manière incroyable, caché aux sages et aux savants … et …. révélé aux tout-petits. Oui, nous le voyons en saint François, et nous le voyons encore aujourd’hui : le mystère de Noël est caché aux sages et révélé aux tout-petits.

Les grandes choses naissent dans le silence. … En célébrant l’entrée dans le monde de notre Seigneur Jésus Christ à Noël, nous faisons souvent l’expérience du bruit et de l’effervescence du monde, qui est loin du silence de Bethléem. Seules quelques personnes étaient au courant de ce qui s’était passé pendant ces jours, et connurent ainsi la joie du grand acte de Dieu : la plénitude des temps est venue! ….

….. Le silence de Bethléem est à l’opposé du monde bruyant – des rebellions, émeutes, revendications, guerres, luttes dans tous les domaines de notre société et même dans l’Eglise ! Nous nous inquiétons beaucoup de ce qui se passe autour de nous, cela attire notre attention, prend notre temps, enlève notre énergie.

Mais c’est le moment de l’exultation ! C’est pourquoi je rends grâce au Seigneur notre Dieu pour tout le bien qu’il nous a donné cette année, et je vous invite tous à vivre ce temps d’exultation en ayant pleinement conscience de la présence de Dieu parmi nous.

 

LIRE LE TEXTE COMPLET / Lettre Noël 2018

Noël à Greccio

Vie du Bienheureux François de Thomas de Celano, chapitre 30

La crèche qu’il fit le jour de Noël

Son dessin le plus haut, son désir principal, son projet suprême était d’observer en tout et à travers tout le saint Évangile, de suivre parfaitement de toute sa vigilance, de tout son effort, de tout le désir de son esprit, de toute la ferveur de son cœur l’enseignement de notre Seigneur Jésus Christ et d’imiter ses pas.
Par une méditation incessante, il se souvenait de ses paroles ; par une très pénétrante contemplation, il se rappelait ses actions.
En particulier l’humilité de l’Incarnation et la charité de la Passion occupaient à tel point sa mémoire qu’il voulait à peine penser à autre chose.
Aussi doit-on rappeler et honorer par une mémoire révérende ce qu’il fit, la troisième année avant le jour de sa mort glorieuse, au bourg fortifié qu’on appelle Greccio le jour de la nativité de notre Seigneur Jésus Christ. I
Il y avait dans le pays un homme du nom de Jean, de bonne réputation, mais d’une vie meilleure encore. Le bienheureux François le chérissait d’un amour particulier car, alors que dans son pays il était noble et honorable au plus haut point, il avait foulé la noblesse de la chair pour suivre la noblesse de l’esprit.

Le bienheureux François, comme il faisait souvent, le fit appeler à lui environ quinze jours avant la nativité du Seigneur et lui dit :
«  si tu désires que nous célébrions la présente fête du Seigneur à Greccio, dépêche-toi de t’y rendre à l’avance et ce que je te dis, prépare-le soigneusement.
Car je veux faire mémoire de cet enfant qui est né à Bethléem et observer en détail, autant que possible de mes yeux corporels, les désagréments de ses besoins d’enfant, comment il était couché dans une crèche et comment, à côté d’un bœuf et d’un âne, il a été posé sur le foin. »
Entendant cela, l’homme bon et fidèle courut bien vite et prépara en ce lieu tout ce que le saint avait dit.

 

Le jour de l’allégresse approcha, le temps de l’exultation advint.
Les frères furent convoqués de plusieurs lieux : les hommes et les femmes de ce pays, chacun comme il le peut, préparent en exultant des cierges et des torches pour illuminer la nuit, elle  qui a illuminé tous les jours et toutes les années de son astre scintillant.
Enfin vint le saint de Dieu et, trouvant tout préparé, il vit et fut en joie.


De fait, on prépare une crèche, on apporte du foin, on conduit un bœuf et un âne.
Là est honorée la simplicité, exaltée la pauvreté, louée l’humilité et l’on fait de Greccio comme une nouvelle Bethléem.
La nuit s’illumine comme le jour et elle fut délicieuse aux hommes ainsi qu’aux animaux.
Arrive la population et, devant ce nouveau mystère, elle se réjouit de joies nouvelles.
La forêt retentit de voix et les roches répondent aux cris de jubilation.
Les frères chantent, s’acquittent de louanges dues au Seigneur et toute la nuit résonne de jubilation.
Le saint de Dieu se tient devant la crèche, plein de soupirs, contrit de pitié et inondé d’une joie étonnante.
On célèbre la solennité de la messe sur la crèche et le prêtre jouit d’une consolation nouvelle.

 

Le saint de Dieu se vêt des ornements du lévite, car il était lévite, et chante d’une voix sonore le saint Évangile.
Sa voix était certes une voix forte, une voix douce, une voix claire, une vois sonore, qui invita toute l’assistance aux récompenses suprêmes.
Il prêche ensuite au peuple se tenant alentour et profère des paroles douces comme miel sur la naissance du pauvre roi et sur la pauvre cité de Bethléem.
Souvent aussi, alors qu’il voulait nommer le Christ « Jésus », brûlant d’un amour excessif, il l’appelait « l’enfant de Bethléem » et en disant « Bethléem » à la façon d’une brebis bêlante, il emplissait toute sa bouche du mot, mais plus encore d’un sentiment de douceur.
Même ses lèvres, quand il nommait « l’enfant de Bethléem » ou « Jésus », il les léchait de la langue, goûtant sur son heureux palais et déglutissant la douceur de ce mot.

Là se multiplient les dons du Tout-Puissant et un homme de vertu aperçoit une vision étonnante.
Il voyait dans la crèche un petit enfant gisant inanimé dont semblait s’approcher le saint de Dieu ; et il paraissait éveillé cet enfant comme de la torpeur du sommeil.

Cette vision n’est pas hors de propos, puisque l’Enfant Jésus, dans le cœur de beaucoup, a été livré à l’oubli et que chez les mêmes personnes, sous l’action de grâce, il est ressuscité à travers son serviteur saint François et s’est imprimé dans une mémoire attentive.

Enfin s’achèvent les vigiles sacrées et chacun rentra joyeusement chez lui.

Traduction Jacques Dalarun .

François d’Assise Écrits, Vies  Témoignages. Edition du VIIIème centenaire 

FRANCISCANS INTERNATIONAL MESSAGE DE NOËL

Chers Frères et Sœurs, chers amies et amis,

Tandis que nous célébrons Noël, il nous est rappelé que la Sainte Famille elle-même trouva refuge en Égypte après avoir fui la menace d’Hérode le Grand. Aujourd’hui, leur expérience est partagée par plus de 68 millions de personnes déplacées à travers le monde, qui cherchent à se réfugier de la violence et de la pauvreté.

Alors que la Sainte Famille trouva refuge, ceux qui demeurèrent sur place endurèrent de terribles souffrances. Aujourd’hui, les personnes migrantes et réfugiées prennent de gros risques pour traverser frontières et mers. Elles le font pour échapper à un sort bien pire encore. Nombreux sont ceux parmi leurs amis et familles qui ne peuvent, ou ne veulent pas quitter leur pays.

En cette fête de la naissance de Jésus Christ, accueillons non seulement nos frères et sœurs émigrés et réfugiés, mais travaillons aussi à l’avènement d’un monde plus sûr pour tous.

Au nom de Franciscans International,


Markus Heinze, OFM
Directeur Exécutif